Ce message s’affiche lorsque les fonctions de script côté client sont désactivées
ou lorsqu’elles ne sont pas compatibles avec le navigateur que vous utilisez.
Veuillex activer les fonctions de script côté client ou installed un navigateur
compatible avec les fonctions de script côté client.

Gouvernement de l'Ontario | Ministère du Travail | Plan du site | Accessibilité | Corps des caractères : A A A

Accueil | À propos | Bibliothèque des TTO | Formulaires | Directives de procédure | Recherche de décisions | Pour nous joindre | English
 

Questions | Décisions | Processus d’appel | Pour les représentants | À la recherche d’un représentant
Documents et publications | Ressources juridiques et médicales | Liens les plus populaires | Liens vers d’autres organismes

Documents de travail médicaux du TASPAAT - Troubles du genou et invalidité

# Affichage et impression du document en format PDF. Pour afficher et imprimer une version de ce document en format PDF, votre ordinateur doit être équipé du lecteur Adobe Acrobat® Reader (version 4 ou versions utérieures). Vous pouvez télécharger gratuitement ce logiciel à partir du site Web Adobe.

Affichez la liste complète des autres documents de travail médicaux.

Troubles du genou et invalidité

Document de travail préparé pour le

Tribunal d’appel de la sécurité professionnelle et
de l’assurance contre les accidents du travail

en août 2013

par le

Dr John Cameron
M.D., F.R.C.S. (C)

chirurgien orthopédiste

Collaborateur à la rédaction :

Dr Marvin Tile
C.M., M.D., B.SC (Méd.), F.R.C.S. (C),
professeur émérite, département de chirurgie, Université de Toronto,
et chirurgien orthopédiste, Sunnybrook Health Sciences Centre

Le Dr John C. Cameron a obtenu son diplôme du programme d’orthopédie de l’Université de Toronto en 1978. Il a ensuite passé l’année 1979 à visiter de nombreux centres de chirurgie du genou de l'Amérique du Nord et de l'Europe.

Le Dr Cameron s’est joint au personnel du Toronto General Hospital en 1980. Il est passé au Holland Orthopaedic & Arthritic Centre du Sunnybrook Health Science Centre en 1991. Il agit à titre de chirurgien consultant à la clinique de médecine sportive de l’Université de Toronto depuis 33 ans et à celle du Mount Sinai Hospital depuis 27 ans.

Le Dr Cameron a publié de nombreux articles sur la chirurgie du genou. Il s’intéresse particulièrement aux lésions ligamentaires complexes du genou et à l'ostéotomie visant à corriger le mauvais alignement des os dans le traitement des problèmes de genou.


Le Dr Marvin Tile a obtenu son doctorat de la faculté de médecine de l’Université de Toronto en 1957. Il a fait des études postdoctorales en chirurgie orthopédique à l'Université de Toronto de 1958 à 1963. Il a obtenu une bourse de perfectionnement en chirurgie du Collège royal des médecins et chirurgiens (orthopédie) en 1963. Il a été récipiendaire de la bourse d'études Detweiler en 1963, et il a visité de nombreuses cliniques orthopédiques européennes de renom. Il s’est joint au corps professoral de l'Université de Toronto en 1966, et il occupe maintenant une chaire de professeur émérite au département de chirurgie (orthopédie) de cet établissement.

Le Dr Tile s'intéresse à la pratique clinique et à la recherche dans le domaine de la traumatologie orthopédique ainsi qu’au traitement des conséquences de l'arthrite, y compris à l’arthroplastie de la hanche et du genou. Il s’intéresse aussi beaucoup à la lombalgie.

Le Dr Tile a de nombreuses publications à son actif, surtout en traumatologie orthopédique. Il est l’auteur de deux ouvrages de référence : Fractures of Pelvis and Acetabulum, Lippincott, Williams & Wilkins, 3rd Edition, 2003 et Rationale of Operative Fracture Care avec le Dr Joseph Schatzker, Springer-Verlag, 3rd Edition, 2005, maintenant offert en six langues. Depuis 1966, il fait partie du personnel actif du Sunnybrook Health Sciences Centre, un hôpital universitaire affilié à l'Université de Toronto, où il a été chef du service d'orthopédie de 1971 à 1985 et chirurgien en chef de 1985 à 1996. Il a été élu à de nombreux postes de prestige. Il est le président fondateur de l’Ontario Orthopeadic Association (1978-1980), ancien président de l’International Society for the Study of Lumbar Spine (1986-1987), ancien président de l’Association canadienne d’orthopédie (1991-1992) et ancien président de l’AO Foundation, Suisse (organisme voué à la recherche et à l’éducation en matière de traitement des fractures, et ce, partout dans le monde) (1992-1994). Il a aussi été président de la Sunnybrook Foundation (1996-2001). Une chaire dotée de chirurgie orthopédique a été établie à son nom au Sunnybrook Health Sciences Centre et à l’Université de Toronto. Le Dr Tile est le conseiller médical du Tribunal dans le domaine de l’orthopédie depuis 2004. Il est membre de l’Ordre du Canada.

 

Ce document de travail médical sera utile à toute personne en quête de renseignements généraux au sujet de la question médicale traitée. Il vise à donner un aperçu général d’un sujet médical que le Tribunal examine souvent dans les appels.

Ce document de travail médical est l’œuvre d’un expert reconnu dans le domaine, qui a été recommandé par les conseillers médicaux du Tribunal. Son auteur avait pour directive de présenter la connaissance médicale existant sur le sujet, le tout, en partant d’un point de vue équilibré. Les documents de travail médicaux ne font pas l’objet d’un examen par les pairs, et ils sont rédigés pour être compris par les personnes qui ne sont pas du métier.

Les documents de travail médicaux ne représentent pas nécessairement les vues du Tribunal. Les décideurs du Tribunal peuvent s'appuyer sur les renseignements contenus dans les documents de travail médicaux, mais le Tribunal n’est pas lié par les opinions qui y sont exprimées. Toute décision du Tribunal doit s’appuyer sur les faits entourant le cas particulier visé. Les décideurs du Tribunal reconnaissent que les parties à un appel peuvent toujours s’appuyer sur un document de travail médical, s'en servir pour établir une distinction ou le contester à l'aide d'autres éléments de preuve. Voir Kamara c. Ontario (Workplace Safety and Insurance Appeals Tribunal) [2009] O.J. No. 2080 (Ont Div Court).

Traduit de l’anglais par Language Marketplace Inc.

 

Anatomie

Articulation du genou

Figure 1 - Articulation du genou : Apparence anatomique générale
1A, 1B - Apparence normale de l'articulation du genou à partir du côté (vue externe, A) et de l'arrière (vue postérieure, B). On remarque la surface lisse du cartilage articulaire, les ménisques et la membrane synoviale. Les ligaments procurent de la stabilité à cette articulation, les ligaments interne et externe offrent la stabilité sur le plan latéral et les ligaments croisés, de l'avant à l'arrière (vue antéro-postérieure).

  1. Le genou est une diarthrose. La membrane synoviale de l'articulation du genou produit du liquide en petites quantités, mais elle en produit une quantité excessive en présence de troubles pathologiques. La quantité de liquide peut augmenter lors d'une inflammation ou d'une blessure (c.-à-d., déchirure méniscale ou arthrite).

  2. Le cartilage articulaire est la substance lisse qui couvre l'extrémité de l'articulation du genou. Il sert d'« amortisseur de choc » et est perçu comme un espace entre le fémur et le tibia sur une radiographie. L'amincissement de l'espace du cartilage sur une radiographie en position debout indique de l'arthrite. Le cartilage articulaire peut être endommagé lors d'un trauma ou d'une inflammation telle que la polyarthrite rhumatoïde ou l'arthrite cristalline.

Cartilage articulaire de l'articulation du genou

Figure 2 - Cartilage articulaire de l'articulation du genou
2A - Image AP en position debout, les deux genoux : Le genou gauche présente un rétrécissement de l'interligne articulaire interne du cartilage articulaire et de l'arthrose avancée au compartiment interne du genou. Le genou droit présente un léger rétrécissement articulaire, ce qui indique une arthrose interne légère.

2B - Apparence normale du cartilage articulaire : Cartilage articulaire normal du genou en coupe transversale. Le condyle fémoral est couvert par cette surface très lisse; la coupe microscopique montre les couches de cartilage articulaire normal (hyalin). On remarque la surface lisse. Les cellules sur cette surface ne bénéficient pas d'un apport sanguin. Elles sont nourries par diffusion de liquide synovial et ne peuvent pas se régénérer une fois endommagées.

2C - Apparence anormale du cartilage articulaire : Surface anormale de l'articulation arthrosique du genou en coupe transversale. La surface est rugueuse et présente de nombreux défauts. La coupe microscopique montre l'ulcère, la tentative de guérison avec fibrocartilage. En fin de compte, la surface est couverte d'os éburné, soit une mauvaise surface portante.

 

  1. Le ménisque est un petit disque fibrocartilagineux fixé à la capsule articulaire. Il accroît la zone de contact entre la surface convexe du fémur et la surface plate du tibia. Il s’agit d’une importante structure portante de l'articulation du genou. Son apport sanguin est très limité et, par conséquent, il a une capacité limitée de guérison en cas de déchirure. Le genou a deux ménisques, soit un ménisque interne à la partie interne du genou et un ménisque externe à la partie externe du genou. Les symptômes d'une déchirure méniscale dépendent du type et de la taille de la déchirure, de l’emplacement de celle-ci ainsi que du degré d'activité du sujet. La perte d'une partie du ménisque peut mener à l'arthrite après un certain temps.

  2. Il y a quatre grands ligaments dans l'articulation du genou. Les ligaments latéraux sur les aspects interne et externe du genou procurent la stabilité sur le plan latéral. Les ligaments croisés au centre du genou procurent la stabilité antéro postérieure ou de l'avant à l'arrière. Selon la gravité de la blessure ligamentaire et du ligament déchiré, un sujet peut ressentir de l'instabilité. Il est essentiel de diagnostiquer avec précision les ligaments blessés. (Voir les fig. 1A, 1B.)

  3. Les tendons sont les stabilisateurs du genou. Le tendon de la patte-d’oie se compose de l'insertion des tendons du jarret dans la partie entéromédiale du haut du tibia et agit comme les suspentes qui soutiennent le mât en position verticale sur un voilier, ce qui procure une certaine stabilité interne et postérieure au genou. Le muscle poplité constitue la partie postéro-externe du genou et son tendon agit comme stabilisateur postéro-externe du genou.

  4. Les muscles qui croisent l'articulation du genou ajoutent de la stabilité. Les sujets souffrant d'amyotrophie se plaignent souvent d'instabilité en raison du mauvais support musculaire fourni au genou. La mesure circonférentielle de la cuisse permet de comparer la jambe blessée à la jambe normale. Des muscles forts compensent souvent les ligaments déficients. Le groupe musculaire des quadriceps peut compenser l'anomalie du ligament croisé postérieur et les muscles ischio-jambiers peuvent compenser l'anomalie du ligament croisé antérieur. Les sujets souffrant de douleur fémoro-patellaire en raison d'une arthrose ou d'un défaut de course ne peuvent pas se servir de leurs quadriceps avec efficacité et ressentent souvent de l'instabilité. En général, ils ne tombent pas, contrairement aux sujets souffrant d'une anomalie du ligament croisé antérieur.

Physiologie du genou

Le genou est une articulation très complexe. L'amplitude habituelle du mouvement est de 0° à 145°. L’amplitude du mouvement peut diminuer à la suite d'une blessure, de l'arthrite ou de limites physiques résultant de l'obésité. De plus, l'articulation du genou tourne en bougeant dans les limites de l’amplitude du mouvement et « glisse » ou se déplace dans une direction antéro-postérieure. Elle doit se déplacer dans toutes ces directions, et ce, en maintenant la stabilité. Un manque d'extension peut se produire dans les cas d'arthrite ou de blessure grave telle qu'une déchirure méniscale ou un corps flottant. L’enflure, peu importe son origine, peut aussi réduire la capacité de flexion.

Un blocage mécanique de l'extension, comme une déchirure méniscale, peut mener à une difformité en flexion fixe (manque d'extension complète) (voir la fig. 7C). L'arthrose, l'enflure et la douleur provenant d'une blessure ou d’une obésité morbide peuvent aussi réduire la capacité de flexion totale.

Comment diagnostique-t-on une blessure au genou?

A. Historique

Qu'est-ce que le mécanisme de blessure?

Le mécanisme de blessure aide souvent à déterminer la gravité de la blessure et les structures qui peuvent avoir été endommagées. Dans le cas d’un sujet ayant le pied posé dont le genou est frappé sur le plan latéral, la blessure la plus commune est une blessure au ligament interne, mais les blessures plus graves comprennent celles subies par le ligament croisé antérieur et le ligament croisé postérieur. Les cas les plus graves peuvent aussi consister en blessures aux vaisseaux sanguins à l'arrière du genou et, potentiellement, à certains des nerfs qui entourent le genou.

Site de la douleur

Le site de la douleur, à la fois au moment et à la suite de la blessure, aide à situer la blessure.

Antécédents de récidive

Il est important de documenter les blessures antérieures semblables. Un sujet peut avoir déjà subi une blessure au genou et avoir de longs antécédents d'instabilité récidivante suivis d’un autre épisode d'instabilité au travail.

Apparition de l'enflure

L'apparition de l'enflure présente souvent de l'importance. L’enflure immédiate signale généralement un saignement dans le genou par suite d’une fracture, d’une luxation de la rotule ou d’une importante blessure ligamentaire. L’enflure qui apparaît lentement révèle plutôt une blessure superposée à de l'arthrite ou une déchirure méniscale, avec production accrue de liquide synovial.

Instabilité

Nombreux sont ceux et celles qui se plaignent d'instabilité. Il est important de déterminer si l'instabilité est consécutive à une blessure ligamentaire, à l'instabilité de la rotule ou à un mauvais fonctionnement des muscles entourant le genou en raison de la douleur.

Apparition spontanée de douleur au genou

La douleur au genou peut se manifester spontanément sans trauma. Elle est habituellement provoquée par une inflammation telle que la goutte, la chondrocalcinose articulaire, la polyarthrite rhumatoïde ou l'arthrite séronégative.

Chez les sujets de 30 à 35 ans, une déchirure méniscale peut se produire à la suite d'une blessure très légère. Une tendinite aiguë peut également se déclarer sans blessure importante (entéropathie). Une petite entorse à un genou avec gonarthrite anciennement asymptomatique peut provoquer l'apparition soudaine de la douleur.

Les problèmes graves, tels que l'ostéonécrose spontanée du genou, sont relativement rares.

B. Examen physique

L’examen physique du genou est très important. L'examen physique est souvent mal consigné dans les dossiers des sujets blessés.

La sensibilité localisée à la palpation de l'articulation du genou mène souvent le médecin au site touché, qu'il s'agisse d’une douleur à la partie antérieure de la rotule ou d’une douleur à la ligne articulaire indiquant une pathologie méniscale.

L'alignement est extrêmement important. Le fait qu'un sujet ait les jambes arquées (genu varum) ou des genoux cagneux (genu valgum) permettra souvent de déterminer comment il se rétablira de blessures ligamentaires ou de blessures superposées à de l'arthrite.

Alignement normal, varum et valgum

Figure 3
3A - Dessin montrant un alignement normal du genou, alignement varum (jambes arquées) et valgum (genoux cagneux).
3B - Vue AP en position debout des deux genoux montrant un alignement normal à droite et varum à gauche.
3C - Arthrite grave dans le compartiment externe causant une déformation varum du genou.

 

Il faut documenter l'enflure du genou ainsi que l'amyotrophie avec une mesure précise de la circonférence de la cuisse à des points fixes au-dessus de la rotule de façon à mesurer l'amyotrophie de la cuisse. Il est extrêmement important de procéder à un examen ligamentaire du genou, et ce, lors de la phase aiguë de la blessure et par la suite.

Il est aussi très important de mesurer l'amplitude de mouvement du genou pour déterminer les limites d'amplitude découlant de la raideur à la suite de la blessure.

La crépitation ou le grincement dans un ou plusieurs des trois compartiments du genou lors de l'examen physique peut s'avérer important. L'examinateur doit déterminer si la crépitation provient des tissus mous ou de l'os lors du grincement des os, ce qui indique une perte de cartilage et de l'arthrose.

C. Examens

(1) Radiographies

Un genou avec arthrose primaire présentant une difformité varum

Figure 4 A, B, C - Radiographies : Vue de la rotule sur le plan antéro-postérieur (debout), externe et axial d'un genou avec arthrose primaire présentant une difformité varum.

 

Un genou avec arthrose primaire présentant une difformité valgum

Figure 5 A, B, C - Radiographies : Vue de la rotule sur le plan AP (debout), externe et axial d'un genou avec arthrose primaire présentant une difformité valgum.

 

Des radiographies sont prises afin de déterminer si le patient a une fracture, une anatomie anormale ou de l'arthrite. Pour poser un diagnostic d'arthrite, il faut prendre les radiographies lorsque le sujet est debout, le genou légèrement fléchi, et ce, afin de consigner toute perte de hauteur de l'interligne articulaire. Il faut consigner la position et l'alignement de la rotule ainsi que les changements secondaires, tels que les ostéophytes ou éperons autour de l'articulation du genou et les anomalies osseuses observées à la surface de l'articulation.

(2) Imagerie par résonnance magnétique (IRM) (voir fig. 8, 12)

L'IRM donne des renseignements sur les tissus mous, tels qu'une blessure ligamentaire ou des déchirures méniscales.

(3) Scintigraphie osseuse

Une scintigraphie osseuse donne des renseignements sur l'inflammation avec entrée accrue autour de l'articulation du genou lors de troubles inflammatoires. Elle sert également à diagnostiquer la nécrose avasculaire, un trouble dans lequel des zones de l'os meurent et provoquent de la douleur, et ce, bien qu'au début les radiographies soient souvent normales.

(4) Tomodensitométrie

La tomodensitométrie donne des renseignements détaillés sur les anomalies osseuses.

(5) Ultrason

L'ultrason n’est pas très utile pour le genou. Il sert principalement à diagnostiquer les déchirures du quadriceps ou des tendons rotuliens, mais l'IRM représente un meilleur examen quand l’examen clinique ne permet pas de poser un diagnostic.

(6) Arthrogramme

Aujourd'hui, on effectue rarement un arthrogramme du genou. C’est l’IRM qui est actuellement l’étalon d’or pour l'examen des déchirures méniscales.

(7) Rôle du laboratoire relativement à l’arthrite

La vitesse de sédimentation (VS) et la protéine C-réactive (PCR) servent principalement à exclure les causes inflammatoires de l'arthrite. Les autres tests comprennent le facteur rhumatoïde, HLA-827 pour la spondylarthrite ankylosante ainsi que l'aspiration de liquide articulaire pour déceler la présence de cristaux (acide urique pour la goutte et diphosphate de calcium pour la chondrocalcinose articulaire).

Troubles propres au genou

A. Blessure

(1) Fracture

Les fractures intra-articulaires peuvent endommager le cartilage articulaire de la surface de l'articulation, ce qui déforme l'articulation. Le cartilage articulaire peut uniquement se régénérer par fibrocartilage rudimentaire; par conséquent, ces fractures articulaires, en particulier dans une articulation portante comme le genou, peuvent mener à de l'arthrite post-traumatique évolutive.

Arthrose secondaire

Figure 6 - Arthrose secondaire en raison d'un cal vicieux à la suite d'une fracture du plateau tibial, tirée de Rationale of Operative Fracture Care, 3rd Edition, 2005, Schatzker and Tile, Springer­ Verlag, p. 450.

 

Les fractures peuvent produire de la difformité ainsi que de l'instabilité par la perte connexe de stabilité ligamentaire.

(2) Blessure ligamentaire

Les blessures ligamentaires graves au genou sont causées par des forces directes sur l'ensemble de l'articulation ou des forces de rotation indirectes. Les blessures peuvent toucher un seul ligament ou plusieurs ligaments lors de traumas plus complexes.

La blessure ligamentaire peut être une entorse, quand les fibres s'étirent in situ sans se rompre, ou elle peut être une déchirure ou une rupture complète d'un ou de plusieurs ligaments.

Tandis que l'étirement ligamentaire entraîne rarement de l'instabilité au genou, les déchirures complexes de plus d'un ligament mènent souvent à l'instabilité.

Ces blessures, en particulier les déchirures du LCA (ligament croisé antérieur), peuvent également être accompagnées de déchirures méniscales graves et de blessures au cartilage articulaire (corps flottants ou surcharge articulaire). Celles-ci peuvent être diagnostiquées à l'aide de l'IRM. Il peut être nécessaire de procéder à une intervention chirurgicale réparatrice pendant la phase aiguë ou la phase secondaire pour prévenir l'instabilité.

Les épisodes récurrents d'instabilité peuvent mener à l'arthrose.

La blessure ligamentaire peut également mener à la raideur, laquelle s’accompagne de douleur, et elle peut entraîner la difformité, laquelle peut mener à une charge anormale et à l’apparition prématurée de l'arthrite.

(3) Déchirures méniscales

Il existe deux types généraux de déchirures méniscales : les déchirures graves, qui se produisent habituellement après un trauma chez les sujets jeunes, et les déchirures dégénératives, qui se produisent normalement chez les sujets plus âgés avec peu ou pas de trauma.

Déchirures méniscales graves

Figure 7 - Déchirures méniscales graves
7A - Déchirure longitudinale dans la substance grave vue en coupe transversale (vue d'IRM).
7B - La même déchirure vue du dessus de l'articulation (ou vue arthroscopique).
7C - Déchirure en anse de seau : Si la déchirure est complète, la partie interne peut se déplacer au centre de l'articulation, provoquant un blocage.

Les déchirures méniscales graves (voir les fig. 7A, 7B, 7C) chez les sujets jeunes peuvent être isolées ou associées à des blessures ligamentaires complexes. En général, ces déchirures sont longitudinales et dans la substance. Les déchirures symptomatiques en périphérie peuvent se prêter à la réparation (voir les fig. 10A, 10B). Ces déchirures sont notées sur l'IRM et, en général, lors d'une chirurgie arthroscopique, elles présentent des configurations longitudinales ou radiales. Une déchirure entièrement déplacée peut se déplacer au centre de l'articulation, comme une lésion en anse de seau, et entraîner un blocage articulaire (incapacité à se tenir droit, voir la fig. 7C). Les déchirures radiales peuvent continuer à évoluer et à progresser jusqu'à devenir une lésion oblique (voir les fig. 8A, 8B).

Déchirures radiales graves

Figure 8 - Déchirures radiales graves
8A - La déchirure radiale grave peut s'accroître en une lésion oblique complète - 8B.

 

Les déchirures dégénératives (voir les fig. 9A, 9B, 9C, 9D), qui frappent habituellement les sujets plus âgés, s’accompagnent souvent d’arthrose. Il est souvent difficile de déterminer si les symptômes sont dus à la déchirure méniscale ou à l'arthrite connexe. En général, ces déchirures sont de type horizontal, à lambeau ou complexe. Elles se retrouvent dans un pourcentage élevé (jusqu'à 90 %) d’IRM chez les sujets déjà identifiés comme souffrant d'arthrose au genou. Elles ne sont pas reliées à des antécédents de trauma. Comme pour toutes les déchirures méniscales, elles peuvent entraîner de la douleur, un blocage, un dérobement ou de l'enflure, ou encore être asymptomatiques. Il est souvent difficile de faire la distinction entre les symptômes associés à l'arthrose du genou et ceux associés à un ménisque dégénératif.

Déchichures horizontaires dégénératives

Figure 9- Déchirures horizontales dégénératives
9A - Déchirure horizontale, en général dégénérative, vue en coupe transversale (vue d'IRM).
9B - La même déchirure vue du dessus dans l'articulation (vue arthroscopique).
9C - La déchirure peut progresser à un type à lambeau.
9D - IRM montrant une déchirure horizontale (flèche).

 

Conséquences d'une déchirure méniscale :

Déchirures traumatiques graves : (voir les fig. 7, 8, 10)

Ces déchirures se produisent généralement chez les sujets jeunes et elles sont le plus souvent longitudinales ou radiales. Le trauma peut être une légère torsion du genou fléchi en position d'appui ou accompagner une blessure ligamentaire complexe au genou, habituellement une rupture du LCA.

Il est rare que les déchirures méniscales guérissent, à moins qu'elles ne se produisent sur le bord extérieur où il y a un apport sanguin. Même si elles ne guérissent pas, le genou peut devenir asymptomatique grâce à des méthodes non chirurgicales. Si les symptômes persistent ou réapparaissent, la chirurgie est indiquée. La chirurgie arthroscopique au genou constitue l'intervention orthopédique la plus commune au monde.

Déchirure méniscale périphérique

Figure 10
10A, 10B - Dessins montrant une déchirure méniscale périphérique, en réalité une séparation de l'attache synoviale. Puisque les ménisques sont séparés de la synoviale, ils reçoivent un léger apport sanguin. Lorsqu'on les rattache par chirurgie, leur taux de guérison est élevé, préservant de ce fait le ménisque et son importante fonction.

 

Les interventions chirurgicales comprennent la résection partielle du ménisque ou la réparation méniscale si possible. Il s'agit habituellement de déchirures longitudinales dans des genoux autrement normaux.

Quand il y a rupture du LCA, celui-ci est habituellement réparé en même temps pour restaurer la stabilité du genou et prévenir d'autres blessures au ménisque réparé.

À court terme, ces interventions donnent de bons résultats. Elles permettent généralement de soulager les symptômes de douleur, d'enflure, de blocage et de dérobement.

À long terme, selon des études, il y aurait un pourcentage croissant de genoux présentant des déchirures méniscales graves. En particulier, les sujets qui ont eu besoin d’une chirurgie ou d’une réparation du LCA pendant leur jeune âge se mettent à présenter des symptômes et des signes radiologiques d'arthrose du genou.

Déchirures dégénératives : (voir la fig. 9).

Comme il est indiqué ci-dessus, des déchirures dégénératives sont observées dans un fort pourcentage de genoux avec arthrose. Chez les 50 à 60 ans, l'incidence est supérieure à 50 %. Ces déchirures peuvent être considérées comme des changements dus au vieillissement, tout comme ceux qui se produisent dans d'autres articulations et dans la colonne vertébrale.

Cela complique la tâche du clinicien, qui doit déterminer si les symptômes découlent de l'arthrose sous-jacente ou de la déchirure dégénérative, en général de type horizontal ou à lambeau. La plupart des gens sont soignés pour l'arthrose primaire, mais une chirurgie peut être indiquée en présence de symptômes persistants de trouble interne au genou. Ces symptômes sont l'enflure, le blocage et le dérobement accompagnés de douleur.

L'intervention, qui peut consister en une méniscectomie partielle avec débridement, doit uniquement être réalisée pour ces indications strictes. Comme l'arthrose est déjà présente, le pronostic ultime est réservé. Certains sujets présentant de la difformité peuvent être en plus mauvais état après une intervention chirurgicale au ménisque.

Relation de la déchirure méniscale avec l'arthrose du genou : cause ou effet?

Il peut être très difficile de répondre à cette question. Il faut examiner chaque cas individuellement. Les lignes directrices sont indiquées ci-dessus, à la fois pour les déchirures traumatiques graves et les déchirures dégénératives chroniques associées à l'arthrose. Avec le temps, les déchirures traumatiques graves peuvent mener à de l'arthrose pouvant être décelée sur une radiographie et, par la suite, à de l'arthrose pouvant être décelée en clinique. Cette situation est plus répandue avec les traumas ligamentaires complexes, comme une déchirure du LCA, accompagnés d’une déchirure méniscale. Chez les sujets atteints de déchirures dégénératives chroniques, l'arthrose est déjà présente. Pour ceux-ci, les symptômes peuvent être davantage liés à l'arthrose qu'à la déchirure. Cependant, chez certains sujets, des symptômes de trouble interne peuvent se manifester et nécessiter une intervention. Dans ce groupe, il peut s'avérer impossible de prédire les résultats.

La question demeure donc controversée. La controverse entoure la question de savoir si l'arthroscopie joue un rôle dans le traitement de l'arthrose avec déchirures méniscales connexes. Il faut souvent un chirurgien d'expérience pour déterminer si un sujet présentant une combinaison de déchirure méniscale et d'arthrose peut tirer profit de l'arthroscopie.

(4) Déchirure du quadriceps à partir de la rotule

Les déchirures du quadriceps et du tendon à partir de leur insertion dans la pointe supérieure de la rotule sont communes. Ces déchirures se produisent presque toujours dans des zones de tendinite dégénérative. Elles surviennent plus souvent chez les hommes âgés et, plus fréquemment, chez les sujets atteints de goutte ou de chondrocalcinose articulaire. Le tendon dégénératif peut se déchirer lors d'un léger trauma, en général une chute avec contraction soudaine du tendon du quadriceps. Un diagnostic clinique est posé et confirmé par un ultrason ou une IRM. Les radiographies permettent d'exclure une fracture de la rotule. Les déchirures peuvent être complètes ou incomplètes − les déchirures complètes nécessitent une chirurgie dans le but de restaurer l'appareil extenseur au genou.

Le tableau clinique comprend la sensibilité localisée sur la pointe supérieure de la rotule, l'enflure et la contusion, ainsi que l'incapacité à étendre le genou de façon active.

Le test dit de flexion de la rotule permet d'arriver à un diagnostic. Si on demande au sujet présentant cette blessure d'étendre activement le genou, il manque habituellement les 20 derniers degrés d'extension. Ensuite, l'examinateur peut, sur le plan passif, étendre le genou davantage à sa position droite normale ou en hyperextension de 5 degrés. La différence entre l'extension active de -20 et l'extension passive complète est la flexion de la rotule. L'ultrason ou l'IRM permet de confirmer la présence d’une déchirure.

Le pronostic est excellent si le diagnostic est posé tôt et si on effectue une intervention chirurgicale réparatrice. Malheureusement, une telle déchirure n’est pas toujours décelée, et le sujet se retrouve avec un appareil extenseur faible et une tendance du genou à se dérober, surtout dans les escaliers.

Des déchirures peuvent survenir dans le tendon rotulien sur le plan distal à partir de l'insertion de la rotule ou du tibia, mais cela est beaucoup plus rare.

B. Arthrose du genou (voir document de travail du Tribunal intitulé L’arthrose par le Dr Tile, 2008)

(1) Arthrose primaire

Les causes de l’arthrose primaire sont inconnues. L'incidence augmente avec l'âge. Il existe certains facteurs familiaux ou génétiques indéniables, et ce trouble est la plupart du temps bilatéral. L'arthrose primaire survient plus souvent chez les femmes et les sujets présentant un indice de masse corporelle (IMC) élevé (obésité).

(2) Arthrose secondaire

L'arthrose secondaire a de nombreuses causes, y compris :

(3) Catégories d'arthrose (voir les fig. 2, 4, 5)

On peut classer l'arthrose au moyen de critères radiologiques. Il faut prendre ces radiographies avec le sujet en position debout ou en charge, de préférence avec le genou fléchi d'environ 15 degrés afin de mettre en évidence le rétrécissement de l'interligne articulaire.

Au stade précoce, l’arthrose se manifeste sous forme d'ostéophytes ou d’éperons en marge de l'articulation et, au stade avancé, elle donne lieu à une perte complète d'interligne articulaire dans un ou plusieurs des trois compartiments (interne, externe, fémoro patellaire).

(4) Le classement arthroscopique de l'arthrose est également utile

(5) Évolution naturelle de l'arthrose

A) Arthrose primaire (voir les fig. 4, 5)

Elle a tendance à se produire chez les sujets âgés, et les symptômes progressent lentement. Il existe une tendance familiale et de nombreux cas sont bilatéraux. D'autres articulations, telles que les grandes articulations comme la hanche, et les petites articulations comme les articulations MCP et les articulations des mains et des pieds sont souvent touchées.

Les symptômes peuvent s'aggraver quand une blessure vient s’ajouter (c.-à-d., déchirure méniscale avec arthrose préexistante). Dans ces cas, la blessure n'a pas provoqué l'arthrose, mais elle a provoqué les symptômes et ces derniers peuvent persister en raison de l'arthrose sous-jacente. Avec le temps et des soins médicaux, les symptômes reviennent souvent à ce qu'ils étaient avant la blessure.

B) Arthrose secondaire (voir la fig. 6)

Certaines des causes communes de l'arthrose secondaire sont énumérées ci-dessus. En général, l'évolution naturelle est liée à la cause. En ce qui concerne la blessure, elle est habituellement liée à une fracture articulaire ou à une blessure ligamentaire antérieure. La fracture articulaire endommage l'articulation directement. Elle peut également produire une difformité qui modifie la mécanique du genou, causant d'autres dommages articulaires. Une difformité telle qu'un alignement varum ou valgus accroît le stress sur le compartiment du genou touché et peut mener à des dommages articulaires accélérés, ainsi qu'à un moins bon pronostic.

Les blessures ligamentaires peuvent entraîner une instabilité récurrente, mais il est souvent possible de prodiguer un traitement conservateur. Les blessures ligamentaires internes isolées et bon nombre d'autres blessures ligamentaires chez les sujets âgés sont traitées de façon conservatrice, soit au moyen de la physiothérapie ou d’un appareillage. Au fur et à mesure que les sujets vieillissent, les complications consécutives à la réparation ligamentaire sont souvent pires que l'instabilité. L'instabilité récurrente en raison d'une blessure au LCA peut mener à l'arthrose secondaire.

On a déjà parlé des conséquences des déchirures méniscales. En général, avec le temps, les déchirures méniscales graves traitées avec ou sans chirurgie mènent à une arthrose radiologique ou clinique. Les déchirures dégénératives chroniques font partie du tableau de l'arthrose du genou.

C) Luxation de la rotule

Les luxations graves de la rotule provoquent beaucoup d’enflure et d’atrophie du muscle de la cuisse. En cas d'hémorragie dans le genou, il faut soupçonner une fracture articulaire à partir de la rotule ou du condyle fémoral. De nombreux sujets continueront à ressentir de la douleur fémoro-patellaire en raison de l'atrophie musculaire à la cuisse entraînant un défaut de course de la rotule.

En cas d'anatomie anormale sous-jacente telle que patella alta (rotule haute), genou cagneux (alignement valgus) ou torsion tibiale externe (avec le pied pointant vers l'extérieur ou sur le plan latéral avec le genou pointant vers l'avant), la réadaptation est très difficile à la suite d'une blessure à la rotule.

Une radiographie montrant de l'arthrite fémoro-patheliaire grave

Figure 11 - Vue axiale ou en profil d'horizon de la rotule sur une radiographie montrant de l'arthrite fémoro-patellaire grave et un déplacement latéral de la rotule. On remarque qu'il manque tout le cartilage articulaire le long de la facette rotulaire latérale qui s'articule avec le condyle fémoral sous-jacent.

 

D) Kyste synovial

Les kystes synoviaux sont très communs et on en découvre un fort pourcentage lors des ultrasons. L'ultrason n’est pas utile pour le diagnostic du genou. Le véritable kyste poplité apparaît à la suite d'une pathologie intra-articulaire, p. ex. déchirure méniscale, arthrose ou arthrite inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde. En général, le kyste se règle une fois la pathologie sous-jacente soignée. Il n’est habituellement pas nécessaire de traiter un kyste directement.

Kyste synovial (poplité), vues d'IRM

Figure 12 - Kyste synovial (poplité), vues d'IRM
12A - IRM antéro-postérieure; on remarque la déchirure horizontale du ménisque interne (flèche). Chez les adultes, les kystes synoviaux apparaissant sur le genou sont souvent associés à une déchirure méniscale comme dans ce cas.
12B - En vue latérale, le kyste (montré par la flèche) est postérieur à l'articulation dans le creux poplité.
12C- Vue d'IRM axiale montrant le kyste synovial derrière le genou (flèche).

 

Problèmes difficiles à résoudre

A. Arthrite préexistante

Le sujet peut être atteint d'arthrite préexistante du genou et, étant donné l’évolution lente de cette affection, il ignore en être atteint jusqu'à ce qu'une blessure y soit superposée. L'invalidité qui en résulte est souvent plus importante que prévu compte tenu du degré de gravité du trauma. Ces sujets perdent souvent une grande part de force musculaire, ce qui a des conséquences sur la stabilité et la capacité de réadaptation du genou. Il s’agit d’un problème particulièrement difficile pour les sujets présentant des symptômes bénins d'arthrose qui subissent une déchirure méniscale. L’arthroscopie donne de mauvais résultats chez bon nombre de ces sujets en raison de l'importance relative de l'arthrite. Il peut alors être difficile de décider d'opter pour la chirurgie arthroscopique. Si la chirurgie provoque une enflure considérable et une atrophie musculaire, le retour à l'état prévalant avant la blessure dépend souvent de la disparition de l'enflure et de la récupération de la force musculaire.

B. Défaut de course et blessure de la rotule

Bon nombre de sujets se mettent à ressentir de la douleur fémoro-patellaire ou à la partie antérieure du genou à la suite d'une blessure. Une telle douleur peut être consécutive à l'atrophie du quadriceps ou à une anomalie anatomique sous-jacente telle que patella alta (rotule haute), genou cagneux (alignement valgus) ou torsion tibiale externe (rotation externe du pied relativement au genou) (voir la fig. 3). Pareille situation entraînant l'atrophie du quadriceps, en particulier du muscle vaste médial, ou du quadriceps interne, mène à un défaut de course de la rotule et à une douleur fémoro-patellaire, ce qui peut même se produire chez les sujets sans signe d'arthrose fémoro-patellaire. Heureusement, la physiothérapie donne de bons résultats chez la plupart de ces sujets et, quand ils retrouvent la fonction de leur quadriceps, la douleur fémoro-patellaire ou à la partie antérieure du genou se résorbe. Malheureusement, la physiothérapie ne donne pas de bons résultats chez certains sujets atteints d'anomalies anatomiques sous-jacentes ou d'arthrite fémoro-patellaire et ils demeurent invalides. Les sujets éprouvant de la douleur fémoro-patellaire ont beaucoup de difficulté à grimper, à descendre des marches, à marcher sur un sol inégal et à soulever des charges.

C. Blessure ligamentaire antérieure et nouvelle blessure

Certains sujets fonctionnent raisonnablement bien après une blessure telle qu'une rupture du ligament croisé antérieur. Cependant, s'ils se trouvent dans une situation menant à un épisode d'instabilité du genou en raison de l'anomalie du ligament croisé antérieur, certaines tâches peuvent présenter du danger. Un sujet présentant une grande instabilité ligamentaire court des risques lors de certaines tâches telles que monter sur un échafaudage.

La sensibilité localisée à la palpation de l'articulation du genou mène souvent le médecin à la zone du genou concernée, qu'il s'agisse de douleur à la pression à la partie antérieure de la rotule ou de douleur à la pression à la ligne articulaire qui indique une pathologie méniscale.

L'importance d'un diagnostic précis

Il est souvent utile pour le sujet de savoir exactement quelle blessure il a subie. Un sujet peut participer au traitement s’il est renseigné sur l'évolution naturelle de sa blessure et comprend comment les divers traitements influenceront les résultats obtenus. Un diagnostic exact permet au physiothérapeute d'aider le sujet à se rétablir, en plus d’aider à son placement en ce qui concerne la modification temporaire ou permanente de ses tâches.

Il y a peu d'éléments d'information permettant de conclure qu'une charge répétitive sur un genou normal provoque une pathologie ou une blessure (p. ex., travailler sur un terrain accidenté).

De plus, il est peu probable qu'une démarche modifiée à la suite de problèmes à une articulation (p. ex., le genou) provoque l'apparition de symptômes dans l'autre genou (voir document de travail du Tribunal intitulé Symptômes dans la jambe opposée à la jambe blessée par le Dr Harrington, 2005).

Il convient de noter qu'une pathologie telle que l'arthrite dans le compartiment interne d'un genou varum (jambes arquées) est souvent symétrique et davantage liée à l'âge du sujet ainsi qu'à l'apparition de l'arthrite familiale générale (voir document de travail du Tribunal intitulé L’arthose par le Dr Tile, 2008).

[Retour]